Franko B

[Texte originalement publié sur Sinistre Magazine]

AVERTISSEMENT: Le contenu de ce billet s’adresse à un public adulte et averti.

Note de la rédaction
Sinistre Blogzine tient à préciser, pour éviter les mauvaises surprises, que le Trauma Oculaire présenté ce mois-ci risque de choquer. Cependant, le but de mon collègue est tout simplement d’expliquer la démarche du type, qui se veut sérieuse et réfléchie. Cela ne signifie pas pour autant que Sinistre Blogzine endosse la démarche. Nous sommes conscients que le billet risque de susciter de vives réactions, voire de l’incompréhension. La polémique nous guette… Il est important de souligner que la démarche de Franko B n’affecte physiquement aucune autre personne que lui-même. Maintenant, vous connaissez vos limites et la décision d’aller plus loin vous appartient. Pour ma part j’ai été incapable de regarder la vidéo plus de 30 secondes…

Alexandre Duguay, rédacteur en chef.

13

Non, le dernier Trauma Oculaire portant sur l’Actionnisme Viennois n’aura pas plu à tous, mais voilà que je récidive tout de même aujourd’hui en vous présentant le travail de l’artiste Franko B, dont les prestations s’inspirent grandement du mouvement. Si les performances de ce dernier semblent moins éclatantes que celles d’Hermann Nitsch par exemple, elles n’en demeurent pas moins troublantes, puisque l’homme n’hésite pas à donner un peu (voire beaucoup) de son propre sang durant le processus. Voici donc un tour d’horizon sur l’œuvre de celui que l’on définit comme l’un des artistes les plus provocateurs de notre époque.

«Mon œuvre est centrée sur le viscéral où le corps est une toile, un terrain direct de la représentation du sacré, de la beauté, de l’intouchable, de l’indicible, mais aussi de la douleur, de la haine, de la perdition, du pouvoir et des craintes face à la condition humaine.»

Voilà qui définit plutôt bien l’art de Franko B. Né à Milan en 1960, l’artiste passa les sept premières années de sa vie dans un orphelinat du nord de l’Italie. Brièvement pris en charge par sa mère par la suite, il se retrouva confié à une institution de la Croix-Rouge seulement trois ans plus tard. Cette dépossession de son enfance, l’absence d’une cellule familiale stable et son expérience au sein de l’organisme façonna particulièrement l’homme et l’artiste en devenir. C’est d’ailleurs lors d’un voyage à Florence dans un camp de vacances de la Croix-Rouge que Franko fut exposé pour la première fois, au début de son adolescence, à l’art et plus particulièrement à la période de la Renaissance et ses représentations d’anges, de démons, de tourments religieux, de martyrs et ses symboles de la vie et de la mort. L’italien choisi d’élire domicile à Londres à l’aube de ses 19 ans où il y poursuivit ses études en beaux-arts.

Franko_B_3

Multidisciplinaire, Franko s’exprime à l’aide de la peinture, la sculpture, les installations, la musique, la photographie, l’écriture, la vidéo et les performances dès le début des années 90. C’est en 1996 que l’artiste s’est véritablement fait connaître à travers le monde avec la performance choc intitulée I’M NOT YOUR BABE. Complètement nu et couvert d’une peinture blanche (afin de cacher ses nombreux tatouages et ainsi obtenir un «canevas» vierge), Franko se vide littéralement de son sang sur scène lors de cette prestation où un cathéter est inséré dans chacun de ses avant-bras de manière à maintenir une veine ouverte, jusqu’à ce que l’artiste s’effondre d’épuisement. Il poussa l’expérience encore plus loin par la suite avec des performances comme I MISS YOU, où cette fois Franko défile dans un couloir au milieu de spectateurs, à la manière d’un défilé de mode (les traces de sang qui se dessineront sur le tissu au sol serviront à la confection de vêtements plus tard), ou encore OH LOVERBOY où ses veines s’ouvriront cette fois sur une immense toile inclinée sous l’artiste.

Évidemment, pour saisir toute l’intensité et la charge émotive comprises lors de ces prestations, il est essentiel de les vivre en direct. En effet, tout comme Hermann Nitsch et les actionnistes, Franko s’intéresse à l’interaction avec le public présent lors de ses créations. Le spectateur, voyeur, est visiblement dérouté par le spectacle alors qu’il est défié par le regard de l’auteur. Doit-il lui venir en aide? Comment continuer à regarder passivement? Il n’est pas rare d’observer des gens pleurer ou s’évanouir lors de ces performances. L’absence de musique et la proximité avec l’artiste ne vient qu’appuyer ce sentiment d’inconfort alors qu’un climat d’intimité est ainsi créé. Sa prestation intitulée AKTION 398 a même été pensée pour être expérimentée un à un, seul dans une pièce avec l’homme. L’art de Franko B ne sert donc pas à exprimer un état d’âme de l’artiste, bien qu’il soit directement inspiré de son cheminement de vie. En franchissant certaines limites, l’artiste transfère les questions relatives à l’art et aux émotions directement au spectateur et l’oblige à subir une intériorisation par la même occasion. C’est ce qui rend son art réellement viscéral, bien au delà de la nudité et de l’hémoglobine.

franko_b2

Techniquement, Franko ne peut donner que trois ou quatre de ces représentations par année pour des raisons de santé, question de laisser à son corps le temps nécessaire à la guérison. Ces dernières sont orchestrées avec beaucoup de sérieux et de précautions par une équipe de perceurs expérimentés ayant quelques bases en médecine et en anatomie. La présence d’équipement médical souvent présent est aussi directement inspirée par le passé de l’homme au sein de la Croix-Rouge.

La vidéo suivante, d’une durée de plus d’une heure, est l’un des rares disponibles en ligne témoignant de ses performances devant public. Il est intéressant d’y observer les réactions de certains spectateurs lors de l’extrait de la performance I MISS YOU notamment, ou encore d’avoir un aperçu de la mise en scène qu’impliquait AKTION 398, comme si nous y étions.

Ses acolytes

Il n’est pas rare, en effectuant quelques recherches un peu plus poussées sur un artiste, d’y découvrir d’autres gens empruntant le même parcours que celui-ci, que ce soit dans la forme ou l’intention.

Lorsqu’il est question de Franko B, le nom de Ron Athey est souvent mentionné. En effet, Athey crée aussi des performances extrêmes à l’aide de son corps et parfois même de son sang devant public. Les deux hommes ont aussi pu partager la scène à quelques reprises lors d’événements spéciaux. La thématique de l’homosexualité est présente dans son œuvre, tout comme dans celle de Franko, seulement de manière beaucoup plus soutenue. Ses prestations dressent le portrait du corps de l’homme, de l’homme homosexuel et de l’homosexuel séropositif avec une charge sexuelle et violente hors du commun. Vous pouvez visionner l’une de ses performances ici-même.Ron_Athey

Toujours dans l’idée de l’expression brutale à l’aide du corps, cette fois en photographie, l’œuvre de David Nebreda est aussi en lien. Schizophrène et vivant en marge de tout contact avec le monde extérieur, l’homme se maintient en vie à l’aide d’un régime végétarien extrêmement pauvre et crie son mal-être au travers d’autoportraits extrêmement dérangeants impliquant séances de dégradation corporelle et automutilation. Un peu limite pour diffuser, les plus téméraires n’auront qu’à googler son nom.

Qu’on aime ou pas, difficile de rester insensible face à l’ensemble de ces œuvres et si, par définition, l’art est censé susciter nos sens et nos émotions, on sera forcé d’admettre que l’effet est plutôt réussi. Pour plus de détails sur Franko B, consultez son site web.

Surveillez le prochain Trauma Oculaire alors que la chronique fera un retour aux médiums plus traditionnels avec l’art figuratif.

Advertisements

Une réflexion sur “Franko B

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s